Les Gardes-Cötes du Roi
lundi 23 octobre 2017 . 17h44 .
Français
Ville de Cavalaire-Sur-Mer, Cavalaire, ville, mairie, plage, mer, port, nautisme, tourisme balnéaire, agenda, événements, festivités, culture, social, jeunesse, sport, écologie, association
 
Vous êtes-ici : Accueil / Les Gardes-Cötes du Roi
 
Août 1710
Cavalaire, sous la protection des gardes-côtes du Roi
A la mort du vieux roi d'Espagne Charles II en 1700. Le roi de France Louis XIV et l'empereur d'Autriche Léopold Ier se disputent la couronne d'Espagne et à travers elle ses immenses et riches possessions américaines.

Le vieux château, la dernière sentinelle de Cavalaire.

 

En 1701 débutait la Guerre de Succession d'Espagne, quatrième et dernière guerre du long règne de Louis XIV. En 1710, la France et l'Espagne font face à une coalition européenne composée du Royaume de Grande-Bretagne, de l'Archiduché d'Autriche, des Provinces-Unies et du Duché de Savoie. Trois ans plus tôt, les Toulonnais avaient repoussé la flotte anglaise et les hommes du Prince Eugène de Savoie, au prix de la perte de la marine française. La cour de Versailles, pensant que la cause était perdue, avait demandé le sabordage de son escadre et le repli de ses équipements de valeur sur Marseille pour que rien d'utilisable ne tombe aux mains de l'ennemi. Les Britanniques voguaient en maîtres sur la Méditerranée…
 
En août de cette même année, les Anglais font escale et débarquent à Cavalaire. L'évêque de Fréjus, André de Fleury, prend la tête d'un mouvement patriotique et écrit aux consuls de Roquebrune, le 5 août 1710 : « Je ne doute pas, Messieurs, que vous ne sachiez que la flotte ennemie est à Cavalaire et qu'elle y a même fait une descente, aussi bien qu'en quelques autres endroits de cette côte. Il est de notre intérêt commun et du service du roi de penser à la sûreté du pays et comme nous n'avons point de troupes, il est nécessaire que chaque communauté fasse une compagnie de milices pour se porter aux lieux où le besoin le demandera. M. le comte d'Armagnac a donné ordre que les communautés gardassent les redoutes. Comme l'année passée, celle de Saint-Raphaël gardera la sienne, celle de Fréjus gardera les deux qui sont sur cette plage, et il faut que la vôtre garde celle de l'Esterel, comme vous fîtes l'année passée. S'il arrivait quelque malheur, faute d'y avoir du monde, vous en seriez responsables et on s'en prendrait à vous, sans compter que tout le mal tomberait sur votre lieu. Je suis persuadé que vous aurez vous aurez là-dessus tout le zèle qui convient. »
 
A la redoute de Cavalaire, comme dans villages côtiers, se constituent les milices : dans un premier temps, les hommes des paroisses sont embrigadés, armés et inspectés deux fois l'an par l'Amiral. Par la suite, les capitaines gardescôtes seront chargés de faire les inspections et d'entraîner les hommes à l'exercice une fois par mois. L'organisation subsistera jusqu'en 1759 quand une Ordonnance Royale fera passer la milice garde-côte du département de la Marine à celui de la Guerre.

 

 

 

 

 

 

 
 
 
 

 

Mots clés
Fil Infos
Multimédia
Accès presse
Accès espace extranet
Liens utiles
Archives